Actualités > Repenser un établissement pour favoriser le maintien de l’autonomie chez un public âge
Retour

Repenser un établissement pour favoriser le maintien de l’autonomie chez un public âge

L’extension de 30 places dont 7 temporaires a été, pour la Résidence de l’Esquirette, l’occasion de réfléchir à sa nouvelle architecture en fonction du projet de vie de l’établissement.

 

Un comité de pilotage constitué par le personnel d’encadrement  et de la Présidente du Conseil d’Administration a réfléchi  avec G. Ponton, psychomotricienne, sur « Comment l’architecture peut améliorer l’autonomie de la personne âgée ? ».

En premier lieu, la personne âgée va prioritairement investir son lit et sa chambre (la personne grabataire va observer la vie de cette place). De sa chambre, il est important de pouvoir voir la vie dans les couloirs. Cela rassure et diminue la sensation d’isolement.

Pour avoir envie de sortir de sa chambre, il faut pouvoir se représenter le lieu vers lequel aller. Lorsque le lieu de vie, en l’occurrence le salon-salle à manger, est visible du couloir de la chambre, le résident va se diriger naturellement vers ce lieu éclairé, animé. On veillera aussi, à la forme du bâtiment qui peut induire certains troubles. Ainsi, on évitera  les longs couloirs, la forme en angle atténuant les pertes de capacités, la luminosité sera privilégiée pour tous les lieux de vie sociale.

Proximité et sentiment d’appartenance. 14 à 20 personnes seront accueillies dans ces lieux de vie. Les équipes de soins dédiées à chaque maison assurent une proximité rassurante pour les résidents et leurs familles. Chaque maisonnée dispose de son espace de vie sociale (salle à manger avec son coin cuisine aménagé) et d’un espace salon, reconstituant ainsi le foyer d’une maison.

Chacune a son propre projet de vie.

Une maisonnée accueillera un public atteint de maladie Alzheimer ou apparentée qui nécessite un accompagnement dans un espace protégé. 

La cohabitation bénéfique à tous.

Les autres maisonnées accueilleront tous les degrés de dépendance et pathologies et les 7 places d’hébergement temporaires seront dispatchées entre chacune d’elles.

Pour encourager les interactions entre l’ensemble des résidents, un lieu d’attrait est implanté dans chaque maison : salon de coiffure, salle de rééducation, balnéothérapie, salle d’animation… Des animations organisées régulièrement engagent les rencontres entre maisonnées ou à l’extérieur avec d’autres entités (Centre social, assistantes maternelles, chorale, équithérapie…).

Par ce projet d’envergure, Anne Laffitte,  Directrice, souhaite permettre à toutes les personnes qui fréquentent l’EHPAD de l’Esquirette de s’y sentir bien et d’y trouver les moyens de s’intégrer dans la vie de la cité.  

Rue de Peyrasilh, 64230 Lescar

Devenir adhérent
L’expérience de professionnels de santé
Devenir fournisseur
L’expérience de professionnels de santé